Ne plus rien avoir à dire…

Rester muet…
Se poser parfois la question que la polémique est futile et qu’elle ramène au pot de terre contre le pot de fer, qu’irrémédiablement les avis ne changeront pas…
Je lis çà et là les commentaires échangés sur les réseaux sociaux auxquels je suis inscrit en ligne, parfois je participe si je pense que ma contribution peut apporter un éclairage différent sur une question abordée, peut être de la modération aussi !
La pensée maçonnique a cet avantage de pousser à la réflexion intérieure et de baser la conversation sur l’écoute bien plus que sur la transmission des points de vue qu’on peut avoir.
En fait, elle est comme le ciment autour d’une brique dans un mur, elle permet a la conversation de se construire, elle favorise l’intégration a une construction solide plutôt qu’un simple ajout a un tout disparate, elle rassemble ce qui est épars.
De ce point de vue elle m’a rendu meilleur dans bien des cas de figure, tout comme celui qui m’agite en ce moment.
Je vois les interlocuteurs d’un débat sur un réseau social avancer des arguments sans y avoir bien réfléchi, s’emporter par écrit et réduire les participants a des caricatures pour pouvoir ensuite mieux les dénigrer ou leur donner des qualificatifs peu flatteurs avec des mots qui dans leurs écrits passent pour des insultes.
Or, ou est l’intérêt de la participation a une conversation, serait-ce sur un réseau social si c’est pour simplement donner son avis, essayer de le faire passer en force, s’écouter parler et surtout, encore moins écouter ou tout du moins lire, les autres.
Ne parler qu’à bon escient et surtout quand on y a été invité, après avoir écouté l’autre, même si on a un avis différent, n’est pas encore chose répandue et gâche le débat.
La conversation doit enrichir et s’enrichir, épanouir et suggérer la réflexion, intéresser…
La superficialité semble parfois être le seul mode de fonctionnement d’un grand nombre dont l’aboutissement est le conflit, le refus de l’autre et de toutes ses différences, la haine et le mépris.
Je ne me sens pas privilégié d’avoir été initié a la pensée maçonnique il y a de cela pas mal d’années mais j’ai conscience de la chance qui m’a été donnée alors, de cet enseignement et des outils qui l’accompagnent et qui contribuent encore et toujours a ce que je ne sombre pas sur ces écueils.


Tout autant ces outils, je les applique aussi à mon travail graphique maintenant, pour éviter la vacuité et la facilité, donner de la profondeur. « Hiram, architecte du temple » dernière de mes illustrations en date, coupure aussi dans la réalisation de la série «Les 5 sens» met en scène le personnage clé de la symbolique maçonnique et ses outils.
Cette illustration est la synthèse non exhaustive de sa légende. Je ne tenais pas a faire un tableau de loge, mais une vraie évocation, provoquer un éveil des sens aussi bien chez le profane que l’initié, tout en restant fidèle a ce qui me définit tel que je suis.
S’il suscite l’interrogation alors, le but est atteint, car la question est le début de la réflexion !
Le feuillage symbolique est celui du tilleul, dont la forme et la taille de la feuille sont celles d’un cœur, symbole de l’amour, fraternel et bien au delà, sans contraintes et sans limites.
Pour les outils certains sont connus mais ici chacun à son importance, même la place du compas et sa direction ne sont pas anodins.
Ici, tout est symbole…
Je partage avec vous ici cet opus.


2 Comments to “Ne plus rien avoir à dire…”  

  1. 1 Vincent

    Dis-moi que signifie le “IN” dans le cercle blanc qui remplace ta composition initiale triangulaire ?

  2. 2 Christophe

    Hello Vincent! Eh eh, tu as vu un symbole la ou il n’y en a pas! En fait le “IN” n’est que le resultat fortuit des “liens” qui unissent le cercle au cadre decoratif, rien de plus… mais, maintenant que tu le dis… on pourrait y voir les dernieres lettres de mon nom!
    Quel narcissique je fais parfois :O)